12017Juin
4 L Trophy : Quand Savignac prend d’assaut les pistes marocaines

4 L Trophy : Quand Savignac prend d’assaut les pistes marocaines

Tous les savignacois sont différents mais tous possèdent des valeurs communes. Tout comme l’équipe Savi’Act, chaque année nombre d’étudiants en 1ère année de MBA tentent l’extraordinaire aventure humanitaire et humaine du 4L Trophy. En 2017, 4 équipages portant haut les couleurs du coq, se sont lancés. Johann Goursolle, Laurie Cardona, Joan Tafforeau, Etienne Courbes, Boris Duclos, Paul Marquet et Maxence Borel ont marqué de leur empreinte le sol marocain.

Une implication, une aventure, une expérience

« Ce qui nous a donné l’envie de nous lancer, ce sont les nombreuses aventures que nous a fait vivre le 4L, explique un de nos aventuriers. Il ne faut pas croire que le challenge ne comprend que les 15 jours effectifs de trajet en France et sur le sol marocain (du 14 au 28 février 2017 NDLR). On a dû affronter beaucoup de challenges. La devise de l’Ecole c’est Oser et, pour le 4L, il faut vraiment dépasser ses limites sur de nombreux aspects. »

Oser, s’entraider … pour partir !

En effet, la première qualité à avoir : être un bon commercial ! Pour partir, en plus d’une 4L à restaurer, il faut entre 7000 et 8000 € pour participer à l’aventure, en comptant les fournitures à acheter pour les enfants nécessiteux des villages étapes marocains, la participation en elle-même, le carburant et tant d’autres choses. Boris nous explique « le Maroc est bien loin quand on commence à vouloir lever des fonds ! C’est une des étapes les plus importantes : sans argent on ne part pas. » Or, les savignacois ne sont pas en reste concernant les plans « Débrouille » et surtout ils ne sont pas avares en énergie : « on a fait des brunchs petits prix pour les autres promotions et l’administration, des ventes de cakes, des ventes de briquets…» énumère Paul, « réunir une somme sans en dépenser plus, cela nous a appris qu’ensemble on pouvait aller très loin sans avoir beaucoup de moyens au départ. »

Maxence rajoute « les valeurs de solidarité et d’entraide que toutes les promotions essayent de véhiculer au mieux au sein l’Ecole nous ont portés. Il fallait y arriver et on ne pouvait le faire qu’en groupe. » Etienne ajoute «  le mot réseau qui, au sein de Savignac est constamment employé pour le travail, a été une source d’inspiration, nous nous sommes rapprochés des familles de nos copains de promotion pour sponsoriser le véhicule, mais également de notre propre réseau professionnel. »

Un dernier challenge et non des moindres : la mécanique. « On a pris quelques cours car ce n’est pas en plein désert qu’il fallait commencer à s’intéresser au fonctionnement d’un moteur, s’amuse Joan ». D’ailleurs, l’ensemble des équipages avoue avoir connu des problèmes matériels lors du départ, qui s’est déroulé le 16 février à Biarritz.

Du Pays Basque aux plaines berbères

« Le voyage a été incroyable. Sur la route, on voyait de 20 à 30 4L se suivrent sur 600 km, c’était hallucinant » se souvient Joann. La proximité de tant d’étudiants venant de la France entière a donné de nombreuses idées à nos étudiants, Talkie-Walkie dans les voitures pour commenter les paysages ou petits mots sur des ardoises ont été la source de bien des rires … entre voitures.

Le moyen Atlas a été le début de l’aventure marocaine. Arrivées de nuit en montagne dans la neige et le froid, toutes les équipes ont dormi… loin des images d’Épinal nord africaines. Puis les bivouacs se sont enchainé avec des tours de piste à faire, des boucles sur des sols de nature très différente qui ont bien sûr été l’occasion de moults crevaisons, enlisements et autres joies de la conduite en 4L.

L’humanitaire avant tout…

« Une partie des fonds récoltés a été reversée à la Croix Rouge pour la construction d’un village et la distribution de denrées. Nous avons également amené des fournitures scolaires : c’était un moment magique lorsque nous avons retrouvé les enfants », explique Paul. 42 000 € ont été récoltés en 2016 grâce aux dons des équipages et 35 000 € grâce à une équipe de You Tubeurs connus qui ont souhaité mettre à profit leur notoriété pour cette belle cause.

Le mot de la fin

A l’unanimité, les savignacois ne peuvent retenir que la richesse de cette expérience qui les a catapultés dans une autre dimension : loin de l’Ecole, le rythme, les rencontres et le dépaysement les ont marqués pour longtemps. Même s’ils étaient contents de revenir sur leur terre d’adoption, ils ne peuvent que délivrer ce beau message aux futurs équipages : « Foncez, c’est une expérience merveilleuse. Attention, elle demande un gros travail en amont, il faut être capable de s’autoévaluer. Perdre quelques jours de cours n’est pas accessible à tous : il faut être bon académiquement pour se permettre d’y aller. Savignac, c’est avant tout le travail académique, même si l’humain reste une part essentielle. Cette expérience nous a, à son échelle, formés également en tant que futurs managers : être organisés, connaître son potentiel et celui de ses coéquipiers, se dispatcher les tâches et surtout savoir faire la part des choses entre rêve et réalité, ça ressemble beaucoup aux qualités demandées à Savignac et dans nos futurs métiers, non ? »