92018Mai
Guillaume, étudiant Thelma, nous parle de son expérience Savignac

Guillaume, étudiant Thelma, nous parle de son expérience Savignac

Nous recevions il y a quelques mois des étudiants venus du monde entier. Parmi eux se trouvait Guillaume, un étudiant venu de l’institution Thelma à Dakar au Sénégal. Nous avons eu la chance de le rencontrer, à la toute fin de son expérience à Savignac et juste avant son départ, le 4 mai 2018. Il nous raconte ses impressions sur l’Ecole, la pédagogie, l’expérience Savignac. 

Peux-tu nous décrire ton arrivée en France s’il te plait ? Quel a été ton premier ressenti ?
Guillaume : « Le froid ! C’est la première chose que j’ai sentie à l’ouverture de la porte de l’avion. C’était la première fois que je quittais mon pays, le Sénégal. Le ressenti était vraiment très froid. C’était le 19 mars.
Ensuite ce qui m’a marqué c’est l’ordre. Le Français semble beaucoup plus organisé que le Sénégalais. Les règles sont respectées ne serait-ce que sur a route. Les rues de Dakar sont sales en comparaison avec celles que j’ai vues en France aussi. Du fait que je voyageais pour la première fois, j’étais relativement mal à l’aise. Savignac de part sa mentalité m’a été très bénéfique.

Justement, pourquoi être venu à Savignac pour étudier un semestre ?
Guillaume : Mon Ecole THELMA Dakar a un partenariat avec l’Ecole de Savignac. La France et le Sénégal ont toujours eu une relation très proche et ce partenariat entre nos deux écoles m’a permis, comme à plusieurs autres étudiants de THELMA Dakar de pouvoir venir ici.
Savignac est très connue. Sa réputation n’est plus à faire. C’est une grande Ecole dans laquelle la rigueur est de mise.

Comment se traduit cette rigueur d’après toi ?
Guillaume : « De par les travaux de groupe, les examens sont aussi plus difficiles que ceux que je connaissais avant. Il y a plus de demandes. Cela nous force à toujours donner plus et à pousser ses limites. Parfois nous avons 3 rapports à rendre pour des dates proches. Savoir gérer son temps est quelque chose que nous apprenons forcément à Savignac. »

Maintenant que ton semestre international est terminé, que vas-tu faire ? Rentrer au Sénégal ?
Guillaume : « Non, pas déjà ! Je souhaite aller à Biarritz et y trouver un stage. Bien qu’ayant fini mon cursus ici, l’Ecole peut me fournir une convention, et le réseau va m’aider. Je retournerai à la maison mi-août pour une reprise de ma troisième année de Bachelor le 20 Septembre

Avec ton expérience Savignac, et plus généralement après tes études, que souhaites-tu faire ?
Guillaume : « Je souhaite m’orienter dans le Revenue Management. Dans l’idéal, je vais essayer de trouver mon stage à Biarritz ou dans la région.

Avec du recul, et comme conseil pour les prochains étudiants de THELMA qui viendront, que changerais-tu dans ton expérience Savignac ?
Guillaume : « Ma timidité ! Il ne faut pas être timide ici. Il ne faut pas avoir peur. Les étudiants sont bienveillants. Je me serais intégré encore plus vite si j’avais osé plus rapidement. En fait, il faut sortir de sa zone de confort.