Maria est depuis 13 ans à la direction d’un hôtel très particulier. Situé au 6ème étage de l’hôpital de l’HOTEL DIEU sur l’ile de la Cité à Paris, l’Hôtel HOSPITEL accueille indifféremment patients, famille de patients, touristes ou professionnels de santé en colloque ou en visite à l’hôpital. Le prix de la nuitée n’est cependant pas le même selon que l’on est patient ou touriste.

Maria Nasr

Maria Nasr, diplômée de l’Ecole de Savignac et Directrice de l’hôtel Hospitel


Ce sont actuellement entre 1500 et 2000 patients qui passent annuellement une à deux nuits à HOSPITEL.

Cet hôtel hospitalier (un des seuls en France, le 2ème étant dans la région de Toulouse) répond à un vrai besoin : proposer aux patients quand la situation le permet de séjourner dans l’environnement confortable d’un hôtel plutôt qu’à l’hôpital.

Comment est né Hospitel ?

L’idée est venue d’un français qui avait connu le système américain où le système hospitalier coûte excessivement cher et où des établissements hôteliers se sont installés à proximité des hôpitaux pour limiter le coût de séjours à l’hôpital surtout dans le cas de médecine ambulatoire.

C’était au début des années 1990 et la médecine ambulatoire faisait ses débuts dans les hôpitaux français. Cette idée de proposer des établissements hôteliers à proximité d’établissements de soins a été proposée à 3 hôpitaux français dont celui de l’Hôtel Dieu. Le chef du service ophtalmologie a été emballé et une convention a été signée entre l’Hôtel Dieu et HOSPITEL, stipulant que l’accueil serait différent suivant que le client serait patient ou touriste. A l’époque la Caisse Primaire d’Assurance Maladie n’a pas accepté de prendre les patients en charge car ils étaient « sortants » et ne dépendaient plus du centre hospitalier.

Le service ophtalmologie de l’Hôtel Dieu a commencé à développer la chirurgie ambulatoire à ce moment-là avec des patients arrivant de province mais aussi de l’étranger. Pouvoir proposer au futur patient une chambre à proximité du lieu de l’opération avant celle-ci et post-opératoire, pour une opération de la cataracte, par exemple, qui ne dure que 2 heures et ne nécessite pas de chambre en hôpital, présente de nombreux avantages financiers notamment. Plutôt que d’être hospitalisé la veille de l’opération et rester la nuit suivante à l’hôpital, le patient est dans un environnement confortable à l’hôtel, court moins de risques de contracter une maladie nosocomiale et l’hôpital et par là-même la Sécurité Sociale font des économies substancielles : le coût d’une chambre d’hôpital tourne aux alentours de 1500€/jour, celle d’une nuit d’hôtel à HOSPITEL, 70€.

A partir de 2008, le chef du service de chirurgie viscérale de l’Hôtel Dieu s’est lui aussi mis à proposer une ou plusieurs nuits à HOSPITEL à ses patients.

Le trou de la Sécurité Sociale étant plus que jamais d’actualité, des idées pour le combler fleurissent. Dans le cadre de la loi de financement de la Sécurité Sociale, un projet de loi a été proposé par le député Véran. Il a été voté le 10 novembre dernier et adopté le 1er décembre et concerne la mise en place d’hôtels hospitaliers au sein des hôpitaux ou à proximité pour une expérimentation de 3 ans. Manquent encore les décrets d’application.

Si la phase d’expérimentation est concluante c’est un nouveau créneau qui va s’ouvrir pour des profils hôteliers. Ces établissements se gèreront comme des hôtels même si la clientèle en est différente. Ils procureront le confort qui fera oublier au patient qu’il est en traitement et pourra lui faire penser qu’il est en vacances. Les directeurs de ces établissements devront par contre avoir des compétences complémentaires à leurs connaissances techniques : un sens du contact plus développé, un sens de l’écoute face à des clients angoissés, loin de leurs familles. Une formation en psychologie n’est pas nécessaire, il suffit souvent de savoir écouter et avec l’expérience on sait plus facilement trouver les mots. Les personnes âgées des services ophtalmologie ont souvent plus besoin qu’on les écoute que d’un service particulier.

Nouveau métier à explorer !

HOSPITEL fait figure d’exemple en la matière et Maria espère pouvoir faire bénéficier les futurs établissements de son expérience, et pour la petite histoire, toutes les directrices qui se sont succédées à la direction de cet hôtel venaient de Savignac !

Pour ceux qui voudraient en savoir plus voici des liens qui pourront vous intéresser :

http://www.europe1.fr/sante/quand-les-malades-vont-a-l-hotel-de-l-hopital-2267179

http://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-un-hotel-dans-l-hopital-pour-plus-d-economies-15011.asp?1=1


 


Hôtel HOSPITEL Logo


Témoignage de MARIA NASR, Diplômée du MBA de Savignac en 2000 et DIRECTRICE de l’hôtel HOSPITEL au sein de l’HOTEL DIEU à Paris

Témoignage de MARIA NASR, Diplômé du MBA de Savignac en 2000 et DIRECTRICE de l’hôtel HOSPITEL au sein de l’HOTEL DIEU à Paris

HOTEL DIEU